La Conférence biennale et l’Assemblée générale d’ACHAP à Yaoundé, Cameroun, du 25 février au 1er mars 2019.

This post is also available in: enEnglish (Anglais)

La Conférence biennale et l’Assemblée générale d’ACHAP à Yaoundé, Cameroun, du 25 février au 1er mars 2019.

Thème : Raviver les Soins de Santé Primaires : Le rôle d’ACHAP.

En 1978, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a collaboré avec le Conseil œcuménique des Eglises pour formuler la déclaration d’Alma-Ata, qui affirme que les soins de santé primaires (SSP) sont un moyen de garantir l’accès aux soins de santé en tant que droit humain fondamental.

La vision telle qu’interprétée visait à maintenir les gens productifs et en bonne santé au sein de leurs communautés. L’hypothèse était également que la majorité des besoins de santé des communautés pouvaient être satisfaits dans le cadre d’un système de soins de santé primaires efficace qui garantirait l’accès à des services de santé de qualité, abordables, à des services de promotion, de prévention et de soins curatifs. Pourtant, à ce jour, il existe encore des lacunes fondamentales dans l’accès à des services de santé de qualité et abordables pour les populations nécessiteuses.

Au fil des années, les prestataires de soins de santé des confessions religieuses(PSSCR) et les associations chrétiennes de santé(ACS) ont financé leurs programmes de santé et leurs hôpitaux principalement par une assistance externe (fournitures médicales, médicaments, personnel médical missionnaire/expatrié, etc.

Toutefois, en raison de changements dans le paradigme du développement, les prestataires de soins de santé des confessions religieuses(PSSCR) et les Associations Chrétiennes de Santé(ACS) sont confrontés à une diminution ou au retrait du soutien des donateurs pour les dépenses d’investissement et les dépenses récurrentes. Cela a abouti à la recherche de mécanismes de financement durables et alternatifs pour soutenir la mission de l’Église dans le domaine de la santé. Il s’agit notamment, mais pas exclusivement, des nouveaux modèles de financement de la santé mis à l’essai par certains Prestataires des soins de santé du milieu religieux. Étant donné le besoin de viabilité financière de l’Église dans le domaine de la santé, ACHAP doit explorer/évaluer la faisabilité de modèles de financement novateurs pour les soins de santé primaires.

Historiquement, les Associations Chrétiennes de Santé (ACS) ont toujours contribué de manière significative à répondre aux transitions démographiques et épidémiologiques, en particulier dans les milieux fragiles de l’Afrique Sub-Saharienne. Ainsi, les ACS ont toujours servi de tampon pour les systèmes nationaux de santé. Par conséquent, on ne saurait trop insister sur le rôle des ACS en ce qui est de la mise en œuvre des soins de santé primaires pour la Couverture Sanitaire Universelle.

En général, les systèmes de santé du milieu confessionnel, dirigés par les ACS, sont réputés pour leurs innovations et leurs atouts potentiels qui pourraient être mis à profit pour optimiser les services de santé primaires, offrir une valeur publique et compléter les systèmes nationaux de santé. De ce fait, ACHAP reconnaît le besoin de partenariats novateurs, de systèmes de santé réactifs et résilients, en particulier dans la réingénierie des soins de santé primaires en vue d’atteindre les objectifs de couverture sanitaire universelle et de développement durable (CSU/ODD).

D’où le thème de la conférence :Raviver les Soins de Santé Primaires : Le rôle d’ACHAP.